A La Défense Orange mène une cyberguerre dans les profondeurs d’internet

L'entreprise Orange a inauguré ce jeudi 5 octobre son nouveau QG de La Défense dédié à la sécurisation des entreprises sur internet.

C'est dans l'immeuble Village 3 qu'Orange Cyberdéfense a choisis de s'installer depuis septembre dernier - Defense-92.fr

A quelques pas de la Grande Arche il se mène une guerre perpétuelle et secrète. Mais dans cette bataille les armes ne sont pas des fusils mais des claviers et des souris. Depuis septembre dernier l’opérateur Orange a installé dans le quartier Valmy, au sein de l’immeuble Village 3 (propriété d’Unibail-Rodamco) sa filiale Orange Cyberdefense, dédiée à la sécurité des entreprises. L’entité du géant des télécom auparavant disséminée sur six sites franciliens s’établit désormais face à la nouvelle U Arena, sur un campus de 6 800 mètres carrés répartis sur douze niveaux hébergeant près de 500 collaborateurs sur les 1 200 que compte la structure. Des bureaux flambant neuf qui ont été inaugurés ce jeudi 5 octobre en présence du secrétaire d’Etat, Mounir Mahjoubi et de Patrick Devedjian, le président des Huats-de-Seine.

Pouvant accueillir jusqu’à 600 personnes le siège d’Orange Cyberdéfense accueille entre autres les services spécifiques à la cyber sécurité avec une salle de crise, un Computer Emergency Response Team (CERT) et le Cyber Security Operation Center (CyberSOC) mais aussi un laboratoire d’épidémiologie où des experts testent la vulnérabilité des appareils informatiques et autres objets connectés de ses quelques 700 clients dont de nombreuses entreprises du CAC 40. De là les spécialistes d’Orange traquent sans relâche 24h/24 toute l’année, les virus, tentatives d’intrusion sur les systèmes ou actes de phishing dont ses clients sont victimes.

Le Cyber Security Operation Center (CyberSOC) d’Orange Cyberdefense – Orange/Sipa/A.Huot

Des locaux au look futuriste et geek

Conçu par l’agence Proejctive, ce QG flambant neuf adopte une déco futuriste et de nombreuses références à la culture geek et cinématographique. Car chez Orange les soldats qui mènent la cyber guerre ont une moyenne d’âge de seulement 29 ans. « Le site a été complètement conçu avec les salariés » explique Michel Van Den Berghe, directeur général d’Orange Cyberdefense. Avec cette réunification les salariés de l’entreprise ont pu choisir leur espace, leur ambiance et leurs mobiliers par étage. Ils profitent de vingt-deux espaces de travail confidentiel, onze salles de réunion, trente-trois box de réunion, trente espaces téléphone, le tout avec du mobilier « comme à la maison », décrit Orange. Pour la détente le demi-millier de collaborateurs peuvent jouir d’un vaste espace de vie avec babyfoot, bornes d’arcades et consoles de jeux vidéo « pour favoriser les échanges entre collègues » ainsi qu’un espace zen pour se détendre et se reposer. Et pour recevoir ses clients Orange Cyberdéfense s’est offert un « vortex numérique » où plusieurs écrans numériques présentent l’entité.

Une Cyberdéfense Academy pour dénicher les nouveaux talents

Mais malgré ces conditions de travail et des salaires attrayants les candidats ne se bousculent pas pour intégrer les équipes de ces cyber guerriers. « L’an dernier, nous cherchions une centaine d’ingénieurs et nous en avons péniblement recruté vingt » regrette Michel Van Den Berghe qui ambitionne tout de même d’intégrer d’ici 2020 un millier de nouveaux soldats du net. Pour Michel Van Den Berghe les difficultés de recrutement pouvaient s’expliquer par l’éclatement des sites en Ile-de-France, et surtout par le manque de formation destinée à ces nouveaux métiers apparus il y a quelques années. C’est donc pour cela qu’Orange va ouvrir dans le quartier d’affaires l’année prochaine sa Cyberdéfense Academy avec des formations Bac + 2/3 en alternance dans l’espoir de trouver ses nouveaux talents.

Le « vortex numérique » pour présenter Orange Cyberdéfense – Orange/Sipa/A.Huot