Le conseil d’Etat pourrait annuler les élections municipales de Puteaux

L'élection municipale de Puteaux pourrait bien être annulée par le conseil d'Etat, en raison de problèmes qui auraient touché les listes Divers Droite et du Front National.

Des bulletins lors d'une élection - Défense-92.fr

La maire UMP de Puteaux, Joëlle Ceccaldi va t-elle devoir se représenter devant les urnes ? L’élection municipale de Puteaux qui avait réélu à 56% des voix en mars 2014 dès le premier tour Joëlle Ceccaldi pourrait bien être annulée. Si aucun grief n’est reproché à la maire de Puteaux, le problème vient de deux listes de l’opposition. En effet Marie-Sophie Mozziconacci (Divers Droite) n’avait pas pu déposer sa liste en préfecture car l’un de ses colistiers était déjà -à son insue selon l’intéressée- sur une autre liste, celle de « Puteaux Bleu Marine » menée par Gérard Brazon (Front National). L’élection de conseiller municipal de ce dernier avait été annulée pour ce motif le 17 octobre dernier suivant une décision du Tribunal administratif de Cergy contestée par l’élu FN devant le Conseil d’Etat pour récupérer son siège.

Lors de l’audience au Conseil d’Etat le vendredi 17 avril, le rapporteur public a estimé que le scrutin devait être annulé. Si la réélection de Joëlle Ceccaldi ne laisse pas planer de doute, un nouveau scrutin pourrait rebattre les cartes sur la composition du conseil municipal. Dans sa plaidoirie le rapporteur public a estimé que de nouvelles élections pourraient permettre à la candidate DVD d’être conseillère municipale. Un nouveau scrutin qui n’enchante guère la majorité en place. L’avocat de la mairie a pour sa part parlé de cette éventuelle décision comme « disproportionnée » et s’interroge « Est il raisonnable de faire vivre à la ville une telle période de flottement ? »

Les 13 juges du Conseil d’Etat, qui doivent également statuer sur les élections d’Asnières sur Seine et de Clichy (pour des motifs différents) devront rendre leur décision d’ici dix à quinze jours. Dans 80% des cas, les juges suivent l’avis du rapporteur.

Cet éventuel futur nouveau scrutin donne déjà à Christophe Grebert, le conseiller d’opposition MoDem de Puteaux de nouvelles envies de prendre part au pouvoir local à Puteaux: une envie qu’il n’a pas hésité à poster sur son compte Twitter.