Une année en demi-teinte pour le marché immobilier de La Défense

L'étude de BNP Paribas Real Estate

Comme DTZ, BNP Paribas Real Estate publie son étude pour le marché immobilier d’entreprise de l’ouest Parisien et concernant notamment La Défense pour l’année 2011.

« Avec 69 418 m² placés sur des surfaces entre 0 et 5 000 m², La Défense est parfaitement stable sur l’année 2011. Les petites et moyennes surfaces ont, dans un marché perturbé, trouvé leur place et représentent globalement des volumes significatifs avec des baux de longue durée et des preneurs de très grande qualité, malgré une contre-performance au T4 avec une chute des volumes placés de 46% » explique l’étude de BNP Paribas Real Estate .

En revanche les surfaces supérieures à 5 000 m² accusent, une baisse de 34% par rapport à l’année 2010. Ce qui s’explique selon BNP Paribas Real Estate par une offre neuve faible et une rareté des très grandes transactions supérieures à 10 000 m². En effet, les grandes transactions ont été concentrées sur le créneau de 5 000 à 10 000 m².

« Le taux de vacance reste assez faible à La Défense avec 6,3%, contre 7,2% en Ile-de-France » souligne l’étude.

Les alentours de La Défense sont restés attractifs d’écrit l’étude comme pour Neuilly-sur-Seine et Levallois qui ont enregistré une hausse de 18% des volumes placés en 2011. Ce marché, à proximité immédiate de Paris, reste attractif en petites et moyennes surfaces avec un volume placé de 73 368 m² et des valeurs compétitives oscillant entre 350 €/m²/an pour des locaux de seconde main et environ 480 €/m²/an pour des locaux neufs.

Tout comme le péri-Défense (Puteaux, Suresnes, Nanterre, Rueil-Malmaison,…) et la boucle nord (Asnières, Bois-Colombes, Clichy, Colombes, Gennevilliers, La Garenne Colombes) qui se sont positionnés en 2011 comme des « valeurs refuges », « La Boucle Nord affiche une hausse de 54% avec un volume placé de 61 225 m² et la Péri-Défense progresse de 13% avec près de 100 000 m² placés. Les valeurs pour des locaux neufs varient entre 265€ et 390 €/m²/an et de 175 € à 275 €/m²/an pour des locaux de seconde main. Affichant des taux de vacance entre 15 et 18%, les preneurs y ont trouvé de belles opportunités locatives répondant à leur volonté de réduction des coûts » conclut l’étude.