Le palmarès de la pollution lumineuse des tours de La Défense

La tour La Pacific de nuit

La tour Pacific, se hisse en tête du TOP 20 des tours de La Défense les plus éclairées la nuit d’après un classement effectué par le cabinet de conseil B&L Evolution. Occupée en partie par la Société-Générale avec Rhodia, Argos, Blue Consulting,… la tour Pacific reste allumée toute la nuit sur 50% de sa surface.

Viennent ensuite la tour Initiale occupée par RTE et Nexity qui reste allumée à 30%, la tour Manhattan qui abrite plusieurs entreprises dont Defacto, Esso, Flo,… avec 29% à égalité avec la tour Europlaza (BFor Bank, A.S.G France, FM Global, NTT Europe, Experian France,…). La tour Cèdre (EDF) avec 22%, la tour Ariane (BT France, Marsh, Parel, Vie Plus, Arkea,…) 18%, la tour First (Ernst & Young et Euler Ermes) 16%, les tours CB21 (Suez Environement et Chartis), GDF Suez et Europe (en travaux) 11%, les tours Chassagne et Alicante (Société-Générale) 10%, la tour Franklin (Crédit du Nord, GSA, Touax, Novell,…) 10%, la tour Areva 9%, la tour Michelet (Total) 8%, les tours Adria (Technip), Eqho (en travaux) et Cœur Défense 7% et enfin les tours Séquoia (SFR), Dexia et Granite (Société-Général) 5%.

Réalisée en mai dernier par le cabinet, l’étude a été effectué à 1h du matin ce qui exclue donc en très grande partie la présence de salariés y travaillant.

Les éclairages nocturnes constatés par B&L Evolution représentent l’équivalent énergétique de 32 000 ampoules qui resteraient allumées 4 heures par jour pendant un an, a calculé le cabinet. « Pour les bâtiments allumés le vendredi soir, ils le resteront bien souvent jusqu’à l’aube du lundi matin » souligne B&L Evolution.

D’après une estimation de B&L Evolution 715 490 KWh ont ainsi été gaspillés en mai 2012 uniquement pour ces vingt bâtiments soit plus de 71 550 €. La plus grosse perte financière revient donc à la tour Pacific (10 296 €) pour 102 961 KWh et en bas du TOP 20 les tours Séquoia (SFR), Dexia et Granite (Société-Général) avec respectivement 13 978 KWh (1 398 €), 7 418 KWh (742 €) et 7 882 KWh (788 €).

B&L Evolution explique qu’il réalisera environ tous les deux mois cette étude afin de suivre l’évolution.

Si dans les années 70, l’éclairage entier des tours toutes les nuits était de rigueur afin que les entreprises montrent alors leur puissance, aujourd’hui avec le réchauffement climatique les temps ont bien changé. Le cabinet de conseil souhaite ainsi vendre aux entreprises et gestionnaires de tours concernées des conseils afin de leur éviter d’être dans se classement peu flatteur.