La Défense va devoir s’éteindre la nuit

La tour La Pacific de nuit

21h, jeudi 31 janvier 2013, alors que beaucoup de salariés ont déjà quitté leur bureaux, de nombreuses tours du quartier dont First et CB21 restent presque entièrement allumées. Cette vision qu’ont les conducteurs qui se dirigent vers La Défense depuis l’avenue Charles-de-Gaulle sera bientôt terminée. La ministre de l’Environnement, Delphine Batho a publié un arrêté visant à réglementer les éclairages nocturnes des bureaux, des commerces et des bâtiments qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain.

Cet arrêté qui prévoit des dérogations prises par les préfets pour les sites touristiques ne devrait concerner La Défense que partiellement.

L’extinction des lumières de bureaux et des locaux à usage professionnel devra, comme partout en France, être effectuée au plus tard une heure après le départ des derniers salariés.

A La Défense, depuis de très nombreuses années, beaucoup de tours du quartier sont équipées de systèmes d’extinction automatique à une certaine heure, généralement entre 19h et 20h . Passé cette heure, les salariés doivent réenclencher la lumière des bureaux manuellement.

En revanche les devantures des commerces et l’éclairage des bâtiments pourront rester éclairés toutes les nuits. La Grande Arche monument majeur du quartier a anticipé déjà depuis plusieurs années ces nouvelles dispositions puisque son éclairage se termine vers une heure du matin, tous les jours.

En dehors des zones touristiques, comme à La Défense, sur les Champs-Elysées,… les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition devront être éteints au plus tard à 1heure du matin, ou une heure après la fin d’occupation desdits locaux si celle-ci intervient plus tardivement et pourront être rallumés. Pour les éclairages des façades des bâtiments ils devront être éteints au plus tard à 1 heure du matin et ne pas être allumés avant la tombée de la nuit.

« Estimées à 2TWh par an par l’ADEME, les économies d’énergie attendues équivalent à la consommation électrique annuelle d’environ 750 000 ménages. Cette disposition permet d’éviter le rejet chaque année de 250 000 tonnes de CO2. Un bilan du dispositif sera réalisé en janvier 2014. » explique le ministère de l’Environnement.