Marie-Celie Guillaume nommée à la tête de Defacto

Marie-Celie Guillaume vient d'être nommée directrice générale de Defacto, l'établissement en charge de la gestion de La Défense.

Marie-Celie Guillaume -Defacto

Le bruit circulait depuis quelques jours, Marie-Celie Guillaume, 43 ans a été nommée directrice de Defacto à l’issu du conseil d’administration, présidé par Patrick Devedjian qui s’est tenu ce lundi 27 janvier.

Le Conseil a nommé, à l’unanimité, Marie-Célie Guillaume Directrice générale de l’Établissement à compter du 3 février 2014.

Diplômée de l’Institut des Études Politiques de Paris, titulaire d’un master de relations internationales délivré à Boston, Marie-Célie Guillaume a débuté sa carrière en 1993 au sein de l’agence conseil en communication Regards international.

En 1998, elle est co-fondatrice et directrice associée de Key People, cabinet spécialisé dans la création et l’animation de clubs de dirigeants.

À partir de 2002, elle devient conseillère en communication de Patrick Devedjian au Ministère des libertés locales puis de l’industrie.

En 2007, elle est nommée directrice de cabinet du Conseil Général des Hauts-de-Seine où elle suivra notamment les grands projets franciliens et la question de La Défense.

En 2012, Marie elle créé l’agence LBP conseil en développement local, pour les entreprises et les collectivités.

A la fin 2012, Patrick Devedjian avait été contraint de se séparer de Marie-Célie Guillaume , auteure de l’ouvrage « Le monarque, son fils, son fief ». L’ouvrage vendu à plus de 70 000 exemplaires, avait qualifié les Hauts-de-Seine de « Sarkoland ». En outre, l’été dernier, le président du département avait licencié Thierry-Yves Lidolff, auquel il reprochait d’avoir dépensé 53 000 euros pour rénover son bureau personnel. Katayoune Panahi, alors directrice de Defacto avait alors été appelée par Patrick Devedjian pour pourvoir le poste vacant. L’établissement de gestion et d’animation de La Défense était depuis le 1er octobre dernier sans directeur. Le poste était alors occupé en intérim par Laurent Roques.

« A l’heure où le modèle de développement et de gouvernance de La Défense est remis en cause, cette nomination traduit la volonté de Patrick Devedjian de voir Defacto continuer à remplir pleinement sa mission de gestion et de mise en valeur du quartier d’affaires. » explique l’établissement qui emploi une centiare de personnes.