La Défense conserve deux mobiliers issus de la dernière biennale

A l’issue de la troisième biennale du mobilier urbain "Forme publique" de La Défense qui s’est achevée en juin dernier, Defacto, le gestionnaire du quartier d’affaires a conservé deux mobiliers.

Le mobilier "La Rue des Utopies" de la biennale Forme Publique 2016 à La Défense - Defense-92.fr

Vous les avez certainement remarqués dans le quartier et peut-être même utilisés. A l’issue de la troisième biennale du mobilier urbain « Forme publique » de La Défense qui s’est achevée en juin dernier après un an d’expérimentation, Defacto, le gestionnaire du quartier d’affaires a conservé deux mobiliers iconiques.  Pour la troisième édition qui s’est tenue de juin 2016 à juin 2017, avec le thème « Village Global », cinq projets retenus avaient été installés un peu partout sur la dalle de La Défense.

À l’issue de l’expérimentation, deux des cinq mobiliers ont finalement été conservés par Defacto : « La Rue des Utopies » et « Les plateformes de travail urbaines ». Imaginée par les designers Florian Lopez et Constantinos Hoursoglou, La Rue des Utopies est une passerelle en bois de soixante mètres de long, s’élevant jusqu’à deux mètres au-dessus du sol et au milieu des tilleuls au pied de la tour CB 21, face au bassin Takis. Les plateformes de travail urbaines sont des îlots de bois naturel, ajustés au relief de la dalle (par exemples des escaliers), s’implantant de manière inattendue dans le paysage. Trois modules sont présents : deux sur l’esplanade et un sur le bassin de la place Henri Regnault.

Une quatrième biennale pour 2019

« C’est des mobiliers qui fonctionnent très bien et ils s’intègrent à leur environnement » confie Marie-Célie Guillaume la DG de Defacto qui va conserver ces équipements pendant au moins une année supplémentaire.

En plus de ces deux mobiliers, deux autres ont été conservés des précédentes biennales avec les tables en bois du bassin Takis issues de la première édition, ainsi que le parcours sportif « Bonjour ! » de la seconde. Les bancs géométriques, trop abimés de la première biennale ont eux été dernièrement retirés de leur emplacement au pied de la tour Ariane.

La quatrième biennale devrait être lancée l’année prochaine avec des appels à projet à la mi-2018 pour une mise en place des mobiliers l’année suivante. « On va faire évoluer la formule » explique Marie-Célie Guillaume qui n’apporte pour l’instant pas plus de précisions sur son thème.

Le mobilier « Les plateformes de travail urbaines » de la biennale Forme Publique 2016 à La Défense – Defense-92.fr