Les camions bientôt interdits définitivement du tunnel de l’A14 ?

L'entrée du tunnel A14

Interdits depuis août 2008, le temps des travaux de mise en conformité du tunnel de l’A14, les camions pourraient bien ne pas y revenir à l’issue des travaux. C’est la crainte du maire de Nanterre, Patrick Jarry.

La DIRIF (Direction des routes d’Ile-de-France) a laissé entendre lors d’une récente réunion en préfecture que, pour des raisons de sécurité, il semblait préférable de ne pas autoriser le retour des camions dans le tunnel. Le maire de Nanterre, dont la ville souffre déjà du report de la déviation des poids lourds, s’alarme déjà de cette possible décision.

« Cette interdiction d’emprunter le tunnel de La Défense en raison des travaux a pour conséquence de rabattre la circulation des camions sur le boulevard des Bouvets, le boulevard de Pesaro et la rue Aimé-Césaire, entraînant des nuisances importantes pour les riverains et les salariés du secteur. Si cette interdiction devenait définitive, elle condamnerait les habitants du secteur des Terrasses à voir passer chaque jour des dizaines de camions sous leurs fenêtres. De telles nuisances ne sont pas acceptables » explique le maire dans un communiqué.

A la préfecture des Hauts-de-Seine, on ne nie pas la possibilité de ne pas rouvrir la circulation aux camions dans ce tunnel, qui est l’un des plus fréquentés de France, à la fin des travaux, prévue en mars 2013. « A l’issue des travaux, le dossier de sécurité sera examiné par la Commission nationale d’évaluation de la sécurité des ouvrages routiers et par la Commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité, explique le préfet, Pierre-André Peyvel, dans un courrier adressé cet été au maire de Nanterre. La décision que je serai amené à prendre à ce sujet s’appuiera sur les avis rendus par ces deux commissions, après avis et consultation de tous les acteurs ».

Un réponse très loin d’être au goût des élus de Nanterre qui s’insurgent et affirment ne pas vouloir que leur ville soit une « ville-autoroute ». « Nanterre voit déjà passer 400000 véhicules et 1000 trains par jour ! Sur 1200 ha de surface, 120 ha sont consacrés aux infrastructures routières et ferroviaires, soit 10%. Cela fait des années qu’on se bat pour réparer ces cicatrices. Et aujourd’hui, on nous rajouterait les camions, cela fait beaucoup » explique la ville qui rappelle que les boulevards concernés ne sont pas dimensionnés pour recevoir un tel trafic.