Le Toît de la Grande Arche vidé de ses salariés

La Grande Arche

Depuis le samedi 1er mai 2010, soit une semaine après la fermeture en raison de la panne des ascenseurs panoramiques, la cinquantaine de salariés du Toît de la Grande Arche, est au chômage technique. Francis Bouvier, le président du Toît avait espéré que la situation se débloque en continuant à payer les journées de travail jusqu’à ce jour. « C’est une perte inestimable » juge le président du Toît qui explique qu’il va mettre la société en « hibernation » durant les quatre prochains mois. Le Toit de l’Arche restera vidé de ses salariés et son président travaillera directement depuis chez lui. Pour les salariés des sous-traitants essentiellement affectés à la sécurité, au nettoyage et au restaurant Ô110, des solutions de reclassement vont être proposées. Concernant les salariés du Toît, pour qui cette longue période de chômage va être dure, des « annonces de compétences » seront mises en ligne dans les prochains jours, sur le site du Toît de la Grande Arche. Les salariés garderont leurs contrats de travail et pourront réintégrer le Toît à sa réouverture prévue mi-aout, précise Francis Bouvier.

A quelques jours du début de la saison touristique, cette fermeture est une véritable catastrophe.

De plus le 14 avril 2010, avait ouvert aux côtés du musée de l’informatique, le premier musée du jeu vidéo en France. Le Toît de l’Arche misait beaucoup sur cette ouverture afin de booster la fréquentation qui avoisine les 210 000 visiteurs par ans, ce qui en fait le site touristique le plus visité dans les Hauts de Seine.

L’immense majorité des évènements privés ou publics qui étaient prévus sur le Toît sont annulés. Seule, à l’heure actuelle, l’édition du Toît Citoyen du jeudi 6 mai 2010, est maintenue, mais elle se déroulera au théâtre des Amandiers à Nanterre.