Les chineurs à l’affut des bonnes affaires à la brocante du Faubourg de l’Arche

La treizième édition de la brocante du Faubourg de l'Arche a attiré de nombreux chineurs à la recherche de bonnes affaires.

La brocante du Faubourg de l'Arche en octobre 2017 - Defense-92.fr

Les gros nuages dans le ciel de La Défense n’étaient finalement que de passage ce dimanche et hormis quelques gouttes en fin de journée la brocante du Faubourg de l’Arche n’a pas été gâchée. Pour sa treizième édition le vide-grenier du plus récent quartier de Courbevoie, existant depuis les années 90-2000, a une nouvelle fois fait le plein de chineurs à la recherche de bonnes affaires.

Cette année la brocante était pourtant marquée d’une évolution puisque son périmètre a été complètement modifié. Habituellement organisée le long de l’avenue Léonard de Vinci et dans quelques rues adjacentes, la brocante a dû s’adapter cette année à la demande de la police municipale de Courbevoie par crainte de la menace terroriste. Les vendeurs étaient tous installés dans les allées du quartier et près du parc du Millénaire.

« La nouvelle configuration a l’air de convenir, finalement c’est positif, explique Michèle Tellier, de l’association Passé Présent, l’organisatrice de la manifestation. Un remaniement de la brocante qui a tout de même entrainé une réduction du nombre de stands à 250 contre 300 auparavant.

« On est venus vendre des choses que l’on ne veut plus, confie Francine, une habituée de la brocante depuis dix ans qui ne voit pas cette nouvelle formule d’un mauvais œil. J’aime bien, cet emplacement me plait bien ». Un avis partagé par Thierry qui expose pour la seconde année dans son quartier : « Pour la sécurité c’est beaucoup mieux », pense-t-il. Côté ventes il se dit plutôt satisfait : « Il y avait beaucoup de monde le matin puis dans l’après-midi » poursuit-il.

Du côté des promeneurs c’est la course aux bonnes affaires. Un moment apprécié par Sabah, une habitante de Courbevoie : « Je suis venue me promener et faire de bonnes affaires ». Marie-Jeanne tracte un caddie rempli de victuailles. « C’est tout pour les enfants et puis çà me permet de me faire plaisir à petit prix » lâche cette habitante de Nanterre.