Tour Neptune

La tour Neptune

Bénéficiant d’une position idéale en bord de la Seine, la tour Neptune est séparée de ses sœurs accouchées de la première génération. Avec son nom de code CB 33, la tour sera la première réalisation du quatuor qui concevra une grande partie du quartier des Saisons. Les quatre camarades : Jean-Jacques Binoux, Michel Folliasson,  Abro et Henri Kandjian imaginent une tour respectant la règle du gabarit de 24 mètres de large sur 42 mères de long pour une hauteur depuis le sol de 110 mètres.

De leur collaboration naîtra une tour d’allure newyorkaise des années 70. Le bâtiment qui développe 50 500 m²  est doté d’une façade alternant bandes verticales en aluminium et bandes de verre de couleur noire. A son sommet, la tour est entièrement recouverte de bandeaux en aluminium.

Malgré l’âge, Neptune vieillit bien, la rénovation de la tour en 1990 et le rafraîchissement de la façade en 1994 y sont pour beaucoup.

En 2012 à l’occasion des Jeux Olympiques, le sponsor de l’équipe de France, Allianz, occupant et propriétaire de la tour Neptune, affiche son soutien aux athlètes français. Un immense athlète pratiquant du saut à la perche est pelliculé sur la façade sud de la tour. Sur toute la hauteur de la tour (soit environ une centaine de mètres) quelques 1 500 m² d’adhésif micro-perforé ont été posés sur la façade vitrée et métallique de la tour.

L’affichage géant était visible depuis le quai De Dion Bouton en venant  de Puteaux bien avant le pont de Neuilly et depuis le pont de Neuilly sur la N 13 en regardant vers la droite si vous veniez de Paris, et vers la gauche si vous alliez vers Paris.

 

Le soutient d'Allianz pour les JO de 2012 - ©Defense-92.fr

Le soutient d’Allianz pour les JO de 2012 – ©Defense-92.fr

 

La réalisation de ce support hors-norme a été mise en place par l’afficheur Athem qui commercialise, comme supports publicitaires, les façades du CNIT et des Quatre Temps. Dix alpinistes de la société Versant ont été nécessaires pour poser en un temps record (deux jours), le soutien de l’assureur. Le dispositif est resté en place jusqu’à la fin 2012.

En revanche, ne cherchez pas à savoir qui est le perchiste: il est totalement inconnu et ne fait pas partie de l’équipe française. Si cela peut paraître surprenant, Allianz explique qu’elle n’a pas voulu mettre en avant un sportif particulier et a donc opté pour une photo tirée d’une banque d’images.

 

[nggallery id=115]

 

Articles similaires