Tour Granite

La tour Granite

Contraint par la forme triangulaire du terrain, l’architecte Christian de Portzamparc signe là l’une des tours les plus excentrées du quartier de La Défense. A l’étroit dans ses deux tours Chassagne et Alicante, la Société Générale qui souhaite libérer des surfaces louées notamment dans les tours Cœur Défense et Ariane, commande à Nexity (ex Sari) la réalisation d’une nouvelle tour à l’arrière de ses deux tours livrées en 1995. La conception de la tour Granite est confiée à Christian de Portzamparc qui propose donc une tour avec une base triangulaire. Si, vue depuis Nanterre, Granite prend la forme d’un triangle, son arrière, qui est en réalité pour le quartier de La Défense son avant est nettement plus complexe. Faisant écho aux tours Chassagne et Alicante, la façade  prend la forme du dièdre avec des faces prismatiques. La différence de texture des façades entre les façades est et nord et celle du sud participe à cet effet.

Granite développe une surface de 67 740 m² de bureaux répartie sur 35 étages.

 

Les differentes phases du projet Granite

Les differentes phases du projet Granite

 

Longtemps annoncé avec une hauteur de 230 mètres, le projet de l’architecte Christian de Portzamparc a dû être revu, à la demande de la Société Générale, à la suite des attentats du 11 septembre 2001, aux États-Unis.

Béton : 55 000 m3
Aciers : 5 200 tonnes
Terrassements : 90 000 m3
Heures de travaille : 450 000
SHOT : 105 950 m²
SHON 69 200 m²

Le noyau central repose sur un radier de 2 000 m3 de béton  et 200 tonnes d’acier, coulé au fond d’une fouille de 90 000 m3 et de 25 m de profondeur.

Les trois premiers niveaux de superstructure forment le socle au-dessus duquel s’élèvent les niveaux courants. Les parois du socle et des étages supérieurs sont en béton. Les planchers, entre les parois et le noyau central, sont réalisés principalement en dalles alvéolaires. La «Coiffe» : Les sept derniers niveaux de la tour Granite, à partir du 36ème étage, constituent la « coiffe » et ont également des parois en béton. De forme tronquée, la coiffe abrite les équipements techniques, ce qui en fait un ouvrage particulièrement complexe. Sa mise au point est menée en coopération étroite avec Vinci Énergies, en charge des lots techniques

 

[imagebrowser id=196]

 

Le projet a fait l’objet de recours par la mairie de Puteaux. A l’origine : La création d’un columbarium au cimetière nouveau de Puteaux, au pied des tours de la Société Générale, derrière la Grande Arche, dont la banque avait contesté la réalisation. En représailles, Charles Ceccaldi-Raynaud (alors maire de Puteaux) avait réclamé la démolition de la rampe d’accès pompiers aux 2 tours « Valmy » de la Société Générale qui longe le cimetière, un terrain situé sur le territoire de Nanterre, mais propriété de sa commune. Par la suite, le maire avait demandé l’annulation du permis de construire du projet Granite. Voulant régler la situation rapidement, la banque procède à une légère modification de son projet qui entrainera la levée des recours du maire de Puteaux.

Le chantier réalisé par Bateg pour son gros œuvre, débutera en janvier 2005 et sera achevé au second trimestre 2008.

 

[nggallery id=99]

 

Comme pour les tours Chassagne et Allicante, Granite ne dispose pas d’une terrasse plate, mais d’un toit en pente avec une inclinaison vers les deux tours jumelles. Ces dernières sont, depuis l’achèvement de Granite, reliées par une passerelle couverte privative enjambant la rue Valmy. Une seconde passerelle métallique, qui est elle publique permet d’accéder à la tour Granite depuis le parvis Valmy en longeant la tour Chassagne.

 

[nggallery id=198]

 

La Passerelle Valmy de l’architecte autrichien Dietmar Feichtinger

Cette passerelle suspendue longue de 90 mètres ne sera pas conçue par Christian de Portzamparc mais par l’architecte autrichien Dietmar Feichtinger. Sa largeur de 5m et son traitement architectural ainsi que les matériaux utilisés renforcent son caractère urbain.

La géométrie en plan reprend la courbe de la tour Chassagne de la Société Générale.

L’absence d’une superstructure opaque de la passerelle- promenade côté tour, permet de préserver l’éclairage naturel des bureaux et de la cafétéria. La distance permet également de garder l’intimité des bureaux et protège du regard des promeneurs. La promenade forme une tangente à la tour Granite, s’accrochant sur le parvis au niveau 2 de la Tour Granite. Un ensemble d’escalators et d’escaliers relie ce parvis au niveau du sol naturel.

Le tablier en forme de caissons à géométrie variable est formé de surfaces planes et lisses. C’est un élément fort de liaison mais discret dans son expression.

La « colonne vertébrale » de la structure est formée par une poutre-caisson en acier, qui est renforcée par des systèmes de « tendons ». Les « vertèbres » radiales, liées par ces « tendons » donnent un rythme à la structure et permettent des ancrages simples et efficaces. Ce rythme est renforcé par l’éclairage des mats la nuit.

Des éléments de vitrage brise-vent sont encastrés contre le bord extérieur du caisson. La partie inférieure du vitrage jusqu’à une hauteur d’un mètre est traitée avec une sérigraphie blanche.

 

[nggallery id=197]

 

[codepeople-post-map]

Articles similaires