Tour First

La tour First le 14 Juillet 2013

Tour emblématique des années 70, la tour CB 31 marque la deuxième génération de tours à La Défense. La tour haute de 159 mètres se distingue par sa forme originale composée de trois ailes rayonnant à partir d’un axe central, le noyau de la tour. Le bâtiment est signé par quatre architectes : Pierre Dufau, Jean-Pierre Dagbert, Henry Pottier et Michel Stenzel. Chaque branche correspond à l’une des trois sociétés d’assurances (L’union, l’Urbaine et la Séquanaise) dont la fusion donna naissance à l’UAP en 1968 (Union des Assurances de Paris). La tour prendra le nom de tour « UAP » jusqu’au rachat de l’assureur par AXA en 1999.

La façade de cette tour qui développe 68 000 m² est entièrement vitrée d’une couleur cuivrée sur chaque face des trois branches. Les pignons des trois branches, eux, sont aveugles.

Fin novembre 2006, les 4 200 salariés d’AXA déménagent pour rejoindre leurs nouveaux bureaux « Les Terrasses à Nanterre ». Vidée, la tour est acquise en partie par Beacon Capital Partners qui lance avec AXA d’importants travaux de rénovation. La tour est complètement restructurée et rehaussée pour devenir la tour First.

Ayant repris son nom de code d’origine, CB 31 pendant la phase chantier, l’ex tour AXA est l’une des restructurations les plus marquantes à La Défense. Après avoir acquis la moitié de la tour auprès d’AXA, Beacon Capital Partners confie la restructuration de cette tour vieille de 30 ans à l’agence Kohn Pedersen Fox Associates à l’issue d’un concours. L’agence américaine s’associe à l’agence française SRA qui avait déjà collaboré quelques années plus tôt pour la restructuration de la tour CB 16.

Dans le cadre de cette vaste opération de restructuration, la tour First a été surélevée pour atteindre 231 m (soit 10 niveaux de plus), coiffée d’un écran de 40 m de hauteur et est ainsi devenue la plus haute tour de France. Conformément au projet signé Kohn Pedersen Fox et SRA Architectes, deux des ailes ont été écrêtées (une aile de 7 niveaux, une aile de 3 niveaux), créant un dégradé sur dix niveaux.

Les architectes ont d’abord donné à First une forme hélicoïdale propre à créer un effet d’élancement vers le ciel grâce à :

– La surélévation de 10 niveaux supplémentaires, soit 50 m, d’une des trois ailes, l’aile Courbevoie, qui atteint 231 m de haut.

– L’écrêtement en dégradé de 7 niveaux de l’aile Puteaux et de 3 niveaux de l’aile Neuilly. L’espace des plateaux a été agrandi, par un élargissement de 1,50 m sur toute leur périphérie les amenant de 15 à 18 m, et par la création de 7000 m2 supplémentaires. First compte 52 étages et peut accueillir jusqu’à 5 700 collaborateurs au sein de ses 80 000 m² utiles contre 68 000 m² pour l’ancienne tour AXA.

L’ampleur et la haute technicité de cette restructuration associant une surélévation

à d’importantes modifications structurelles, constituaient un projet pionnier, la surélévation de 50 m (une première mondiale) n’étant que l’un des aspects les plus spectaculaires de cette opération qui fait appel à Bouygues Construction. Les travaux confiés à Bouygues Construction se dérouleront de décembre 2006 à mai 2011. La maitrise d’ouvrage fut confiée à Altarea Cogedim

Jamais encore une telle opération de restructuration/construction n’avait été réalisée à cette échelle.

En effet, la tour a subi diverses modifications sur trois zones principales : l’embase, les étages courants et la surélévation, trois chantiers en interdépendance étroite. Le noyau central, quant à lui, a été entièrement évidé et reconstruit afin de refondre les circulations verticales dans leur totalité. Les travaux se sont déroulés sans échafaudage extérieur, et devaient intégrer des contraintes de voisinage très proche.

Pour mener les travaux dans les meilleures conditions de sécurité et d’efficacité, l’équipe technique de Bouygues Construction Bâtiment Ile-de-France Rénovation Privée a travaillé à la mise au point de méthodes, d’équipements spécifiques et a élaboré et utilisé un logiciel assurant une livraison des matériaux neufs et une évacuation des déchets en flux tendus. Ainsi, 40 camions par jour ont été traités sans perturber la circulation intense du boulevard circulaire.

Sur First, environ 80% de la structure béton de la tour d’origine a été conservée, bien que la tour ait été surélevée de 162 m à 231 m de hauteur. C’est donc un gain très important de béton par rapport à une tour neuve. Les fondations d’origine de la tour ont aussi été conservées, économisant des centaines de rotations de camions par rapport à un chantier classique. Ce sont ces démarches cumulées, qui ont permis une diminution de l’énergie grise et donc de l’empreinte carbone de la tour First.

 

Une enveloppe performante

L’objectif consiste à limiter l’apport de chaleur à l’intérieur des bureaux de façon à réduire le recours à la climatisation. Le parti architectural met ainsi en œuvre des façades adaptées selon leur orientation par rapport au soleil. Les façades exposées à l’ensoleillement bénéficient d’une double peau permettant de réduire les besoins de climatisation de 50%. Les menuiseries à rupture de pont thermique et les façades haute isolation permettant de réduire de 80% les besoins en chauffage. Des vitrages à faible émissivité, une installation de protections solaires généralisées gérées par la GTB, une conception technique spécifique des équipements de First permettent d’atteindre des niveaux de charges d’exploitation particulièrement bas, de l’ordre de 57 euros HT/m2 de bureaux.

Le parti pris d’un bâtiment multi énergies permet de mieux faire face aux événements exceptionnels (pannes, coupures de réseaux) et de gérer les évolutions des coûts des différentes énergies dans les années à venir. Le défi du projet a été d’améliorer drastiquement les performances énergétiques du bâtiment.

Une forte complémentarité a été recherchée grâce à :

– Un raccordement aux réseaux urbains chaud et froid,

– Une production de chaleur propre à l’immeuble par chaufferie gaz permettant de diminuer

la puissance appelée sur le réseau urbain chaud,

– Une production de froid par des pompes à chaleur permettant de diminuer la puissance appelée sur le réseau froid et de bénéficier ainsi d’une énergie renouvelable.

La combinaison de ces systèmes permet de limiter la consommation en énergie finale à 80 kWh/m2/an, soit 5 fois moins que l’ancienne Tour AXA, représentative des tours d’ancienne génération. En phase d’exploitation, les besoins en chauffage, refroidissement, ventilation et éclairage seront ainsi considérablement réduits limitant ainsi les charges énergétiques de l’utilisateur.

Afin de garantir les performances de First sur le long terme, les opérations d’entretien et de maintenance sont optimisées et ses performances sont suivies efficacement par une GTB, capable de traiter simultanément 17 600 équipements. Le suivi des consommations d’énergie et d’eau assuré par une GTB, permettra en particulier à l’utilisateur de connaître précisément la répartition de ses consommations. Tous ces choix techniques consistent à faciliter la maintenance et favorisent une utilisation optimale des plateaux. Ainsi, les locaux techniques sont centralisés dans la partie haute de la tour et sont parfaitement intégrés à l’architecture.

L’architecture intérieure privilégie les volumes libres de toute entrave tout en favorisant la fonctionnalité des espaces communs. Pour la première fois à La Défense, sont créés des espaces aux volumes inédits :

– 7 sky-lobbies (6 de 3 niveaux et 1 de 2 niveaux de hauteur libre) permettront de réaliser

en étage des espaces d’accueil, d’exposition, de réception ou des jardins d’hiver ;

– 4 volumes exceptionnels de 100 à 180 m2 agencés sur différents niveaux permettront

aux utilisateurs de créer des espaces de grand standing (salles de conseil, salles de réunion, salles à manger…) bénéficiant de vues panoramiques exceptionnelles ;

– enfin, le 27ème étage profitera d’une hauteur libre de 5,30 mètres permettant d’y installer

des salles de marchés ou des espaces de réception. Tous les services de convivialité indispensables à la vie d’une grande entreprise ont été intégrés en premier jour dans le podium de First : quatre offres différenciées de restauration (Scramble, kiosques, brasserie, cafétéria), room-service dans les étages, auditorium, espaces de réception, espaces aménageables en fitness, archives.

Le 30 juin 2009, Nicolas Sarkozy a profité d’une visite à La Défense pour découvrir le chantier de la Tour First. Il est accompagné par son fils Jean Sarkozy, Patrick Devedjian, président des Hauts-de-Seine, de Defacto et de l’Epadesa et de Philippe Chaix, le directeur de l’Epadesa.

Le chantier sera marqué par deux manifestations d’ouvriers sans papiers qui se dérouleront en bas de l’immeuble. La première aura lieu le 3 novembre 2009 avec 350 manifestants et la seconde vingt jours plus tard le 23 novembre 2009.

La tour sera inaugurée le 5 mai 2011 par Jean-Marc Besson le président de Becon Capital Partners qui obtient la totalité des parts de la tour auprès d’Axa. La soirée est animée par Denis Brogniart, l’animateur de Koh Lonta, devant de nombreux invités.

Le 10 mai 2012, le Spiderman français, Alain Robert escalade à mains nues la tour First. L’homme araignée s’est élancé vers 17h20 depuis le podium de la tour sur la façade donnant sur la place des Saisons devant un large public massé au pied du bâtiment. Plus de 400 personnes dont de nombreux salariés de la tour ont assisté pendant toute sa durée  à l’exploit d’Alain Robert. Le Spiderman français a escaladé la tour sans aucun outil et sans la moindre protection, juste à la force de ses bras et de ses jambes. L’exploit n’aura pas été simple pour Alain Robert qui escaladait face au vent « Les dix derniers mètres ont été difficiles; je savais qu’il fallait que je garde un peu d’énergie en réserve » déclare t-il à l’issue du spectacle. En bas de la tour pas de policier pour l’arrêter: « Le nouveau commissaire de La Défense était invité » s’amuse t-il.

Le 18 décembre 2012, dix-huit mois après son inauguration la tour First fait son show en mettant son sommet en lumière. Jusque là, la nuit, toute la coiffe de la tour était plongée dans le noir.

C’est l’agence Neuf Cinquante, celle qui avait animé l’éclairage le soir de l’inauguration en 2011, qui a imaginé cette mise en lumière. L’Agence a imaginé de rendre quotidien  ou exceptionnel l’effet d’éclairage du sommet de l’architecture de la tour First  par une mise en couleur variable et adaptable aux prévisions météorologiques, aux évènements ou fêtes annoncées (Noël, Fête Nationale du 14 Juillet…..) Quatre effets sont mis en scène pour la météo en fonction du temps du lendemain : pour un temps ensoleillé, les couleurs évolueront du jaune à l’orange – pour un temps pluvieux, un effet de « goutte » se produit – pour un temps nuageux c’est un effet  de brume passant sur fond bleu – et enfin pour de la neige un effet de flocons de neige blancs.

En hiver, du 30 octobre au 28 avril, la tour First annonce la météo du lendemain tous les jours de 17h30 à 9h et en été, du 29 avril au 29 octobre, de 20h à 9h.

Pour les évènements nationaux, comme le 1er mai, le 8 mai, le 14 juillet, le 11 novembre,… mais aussi les exploits sportifs français ou tout autre évènement lié à notre pays, la tour First affiche les couleurs du drapeau français.

Enfin pour tous les évènements festifs, nuits blanches, fêtes de fin d’année, ouverture des jeux olympiques, ouverture d’une coupe du monde,… la tour First scintille en couleurs en réponse à la Tour Eiffel.

Après avoir recherché différentes structures et sociétés à même de mettre en place un système d’éclairage innovant et évènementiel, l’agence Neuf Cinquante décide de confier aux Imaginnoveurs, société qui avait réalisé la conception de l’éclairage lors de l’inauguration de la tour First le 5 mai 2011, l’étude technique de réalisation de l’implantation d’un éclairage permanent sur les 3 tripodes de la tour First.

La conception et la mise en place du système a nécessité 18 mois. Durant 8 mois, 4 personnes ont planché sur la conception. L’installation qui a demandé 5 semaines a et mobilisé une vingtaine d’électriciens alpinistes,…

Philips a été sélectionné parmi d’autres fabricants pour la fourniture des leds respectant les normes requises et imposées par Beacon Capital Partners.

Led Utilisé : Icolor Flex LMX (led dernière génération)
Durée de vie : 50 000 h soit 5 ans et 7 mois si éclairage 24 /24h
Nombre de points lumineux : 2 221
Nombre de barres : 288
Total linéaire installé : 750 m
Dimension d’1 plume : 7 x 2,50 m
Nombre de plumes : 96 plumes éclairées
Consommation électrique : 8.75kw (ou 3 x 16 ampères) soit l’équivalent de 3 fers à repasser (53 x 0.75 x 220)
Puissance lumineuse : 6 600w les leds sont donnés pour 3w
Boitier d’alimentation : 53 PDS 60ca X 0.75a/220V = 8.75Kw
Barres de led : 96 Univers DMX : 18 Contrôleur : grand ma lighting
Câblage alimentation horizontal: 3 600m d’alimentation électrique des Leds
Paramètres de contrôle : 6 663
Câblage contrôle de chaque alimentation : 1 000m
Fibre optique verticale : 250 m
Nombre de programmes : 3 000

Le 31 mai 2013, la tour First a accueilli dans ses escaliers la première édition de « Vertigo » une course solidaire pour l’association « Sport Sans Frontière » et dont l’objectif était de gravir les 954 marches soit 50 étages le plus rapidement possible.

Articles similaires