Résidence Lorraine

Résidence Lorraine

C’est l’architecte-conseil de l’EPAD qui dessinera pour le compte de l’OPHLM de Courbevoie l’un des tout premiers immeubles de La Défense. Ce programme de logements s’inscrit en opposition aux tours de « l’ordre majeur » et aux commerces de « l’ordre bas ». L’architecte respecta à peu près « l’ordre moyen » qui prévoyait des bâtiments de cinq à douze étages. Son immeuble qui compte 112 logements HLM ne fait que 4 étages. Il s’inscrit dans le principe du plan de masse de juin 1960 qui prévoyait plusieurs groupes d’immeubles, tous conçus sur le principe  » Palais Royal » de Victor Louis qui en 1784 avait créé un type de lotissement parisien entièrement refermé autour d’un jardin intérieur.

Située le long de l’axe historique, la résidence Lorraine est construite sur pilotis et intègre  au  rez-de-chaussée plusieurs commerces comme un salon de coiffure, une agence de voyage, un restaurant, un bureau de presse et de tabac. Il y avait jadis dans cette offre de commerces une agence de la banque LCL et un bureau de poste.

 

[nggallery id=77]

 

Au cours de l’année 2013 et 2014, l’OPHLM de Courbevoie lance d’importants travaux de ravalement. La transformation est confiée au cabinet Lair et Roynette. Une isolation thermique est installée tandis que les façades sont « rhabillées ». Les quatre façades extérieures sont animées par un jeu de lames verticales en composite bois, fixées sur les balcons existants. Ces lames qui ceinturent le bâtiment extérieur sont  de deux tons chauds : grège et jaune. Les gardes corps métalliques et les sols sont quant à eux peints. Côté intérieur, les quatre façades sont habillées d’un bardage en lames d’acier laqué quatre tons (blanc, grège, jaune et taupe) sur isolant. Le calepinage de ces lames dessine un dégradé de couleurs du foncé vers le clair et du bas vers le haut. La teinte jaune permet de ponctuer une courbe fictive qui se dessine en périphérie du bâtiment.

Articles similaires