Le banc géant des Extatiques rejoint les 69 œuvres d’art du quartier

Exposé durant tout l’été face au Bassin Takis le banc géant, installé à l’occasion des Extatiques va rester définitivement dans le quartier d’affaires.

Installé à l’occasion des Extatiques, le banc géant va définitivement rester dans le quartier d'affaires - Defense-92.fr

Ses dimensions en ont impressionné plus d’un. Exposé durant tout l’été face au Bassin Takis le banc géant, installé à l’occasion des Extatiques, l’exposition qui a célébré les soixante ans du quartier d’affaires, va rester définitivement. « Fort du succès des Extatiques, Paris La Défense a souhaité conserver une empreinte de cette exposition », explique dans un communiqué, l’établissement public qui vient d’acquérir cette œuvre « Banc Public », de Lilian Bourgeat. Haut de 1,6 mètre pour son assise et long de cinq mètres, ce banc XXL fait de bois et d’acier au look typiquement parisien a su trouver ces derniers mois toute sa place dans le quartier faisant de nombreux adeptes.

« C’est marrant j’ai l’impression d’être un gamin quand je suis dessus », sourit Pierre après avoir fait une petite foulée pour grimper sur l’immense assise. « C’est bien qu’il reste, poursuit ce salarié, finalement il s’adapte bien dans ce quartier où il y a plein de grandes tours ».

« Ce banc semble avoir été créé pour ce site »

Cette nouvelle œuvre d’art semble aussi appréciée des nombreux touristes qui s’y photographient tout au long de la journée. « On a une super vue sur l’Arc de Triomphe », lâche Nicolas, 15 ans, de passage à Paris pour la journée avec sa mère et sa petite sœur Clémence. « C’est original, mais c’est un peu haut quand même », s’amuse la fillette.

« Ce banc semble avoir été créé pour ce site, il est à son échelle. Dans un quartier d’affaires, c’est une invitation à retrouver ses sensations et son regard d’enfant, dans un esprit joyeux et ludique. Il propose un point de vue différent sur Paris La Défense », confie Marie-Célie Guillaume, la DG de Paris La Défense.

Ce banc hors norme qui trône désormais le long de l’esplanade sur l’axe historique vient rejoindre les 69 œuvres d’art majeur du quartier. Le second exemplaire qui était quant à lui installé un peu plus haut sur l’esplanade a en revanche été retiré tout comme les autres œuvres issus de l’exposition des Extatiques.