Le Cnit met à l’honneur l’urbex avec le collectif Hit the Road

Pendant tout le mois d'avril le Cnit accueille l'exposition d'Hit the Road, un collectif qui réunit quatre sportifs passionnés par l'exploration urbaine.

Clément HTR, Paul Rdb et Nicolas Mathieux (de gauche à droite) sont présents pendant l'exposition au Cnit pour rencontrer les visiteurs - Defense-92.fr

C’est une pratique encore peu connue du grand public qui fait pourtant de plus en plus d’adeptes. Jusqu’au 30 avril prochain, le Cnit accueille l’exposition gratuite d’Hit the Road, un collectif réunissant quatre sportifs passionnés par le sport et l’urbex (exploration urbaine en français). A travers une trentaine de photographies et des vidéos installées au cœur du plus vieux bâtiment de La Défense sur des grilles de chantiers habillées de bâches noires, le groupe présente plusieurs de ses explorations urbaines réalisées depuis 2015, effectuées quasiment sans aucune autorisation. Les quatre membres Clément HTR, Nicolas Mathieux, Leo Urban et Paul Rdb font découvrir avec cette exposition inédite leur ascension de la Tour Eiffel à mains nues; une ballade dans Prypiate, la ville abandonnée près de Tchernobyl, ou encore une intrusion de nuit sur le chantier du TGI de Paris.

« La ville est notre terrain de jeu »

Pour ces quatre artistes âgés de 20 à 30 ans, la ville est un terrain d’expression : « On utilise la ville et l’architecture comme terrains de jeux », confie Nicolas Mathieu qui veut montrer que « l’on peut vivre de belles aventures à côté de chez soit ». Mais contrairement à beaucoup d’explorateurs urbains qui se contentent de visiter des lieux abandonnés ou en chantier, Hit the Road associe l’urbex aux sports extrêmes notamment des acrobaties bien souvent périlleuses au-dessus du vide. « C’est beaucoup d’entrainement, on fait une quarantaine d’heures de sports par semaine » poursuit le sportif passionné.

Par cette exposition, le collectif né en 2012 souhaite également réaliser une collecte afin de financer un futur projet de film qui doit être tourné en juin prochain en Ukraine. Sur les 40 000 euros nécessaires pour ce projet de long métrage de 52 minutes, Hit the Road explique chercher encore environ 10 000 euros en dons ou par la vente de ses photographies.

Il est possible de suivre le collectif Hit the Road sur Facebook et sur Youtube. Il est également possible de rencontrer les membres du collectif pendant l’exposition.