Quel avenir pour la Rose de Cherbourg ?

La Rose de Cherbourg

Considéré comme un atout à sa création la « Rose de Cherbourg », échangeur entre le boulevard circulaire, l’entrée de 1’A14, l’avenue du Général de Gaulle (la N 1013) et la D 913 est aujourd’hui un point noir de La Défense. Cette très grande infrastructure construite au début des années 70 pour permettre la réalisation du boulevard circulaire dans sa partie sud devrait être entièrement réaménagée dans les prochaines années.

Dans les premiers projets envisagés dès 2008 par l’EPADESA (alors EPAD), comme celui de l’architecte et urbaniste Roland Castro il était tout bonnement envisagé de le supprimer pour remettre à plat le circulaire et créer un carrefour urbain. Ce scénario est aujourd’hui écarté pour de multiples raisons : son coût très important et les difficultés techniques, l’ouvrage fait de béton précontraint est construit au-dessus de routes empruntées et des voies du Transilien et du Tramway T2.

Parmi les quatre autres pistes envisagées : Le maintien de l’échangeur avec la création d’une tour au niveau des immeubles Pascal et Voltaire ; La démolition totale de tous les viaducs et le passage en souterrain du circulaire. ; la seule sauvegarde du passage du circulaire et la démolition des bretelles et de l’échangeur et enfin la solution vers laquelle l’établissement devrait s’acheminer le maintien du circulaire en aérien et la transformation du reste de l’échangeur en jardin suspendu. Les ingénieurs de l’établissement comparent leurs idées à celles qui ont pu être réalisées dans de grandes villes du monde comme à Paris avec la rue Daumesnil ou passait la ligne jadis la Petite Ceinture.

En lien avec tous ces scénarios l’EPADESA projette la construction de un ou deux bâtiments de grande hauteur pour financer le réaménagement du secteur à savoir la tour « Rose » située entre les immeubles Pascal et Voltaire et la seconde « Frange » projetée sur la rue des Michets Petray, le long des Quatre Temps. Cependant aucun usage, hauteur et aspect de ces projets ne sont pour le moment déterminés. L’aménageur y verrait bien des projets mixtes mêlant logements, bureaux et hôtels.

Un grand parc de 2 ha en continuité des squares existants verrait le jour pour venir border les immeubles d’habitations du quartier Boieldieu. La tour Défense 2000, les résidence Défense, Boieldieu et Louis Pouey seraient ainsi au pied d’espaces verts.

Tandis que de l’autre côté de l’avenue du Général de Gaulle (la N 1013), serait construite la partie minérale avec les deux nouvelles tours accompagnées de commerces et services pour améliorer l’accès vers le centre commercial des Quatre Temps par la place des Degrés.

Les piétons pourraient traverser l’avenue du Général de Gaulle directement grâce à de nouveaux passages piétons ou en utilisant les viaducs réaménagés en jardins suspendus.

Mais pour l’instant tout reste à l’état d’idée. Pour cette première réunion d’informations il y avait foule, de nombreux habitants ont fait le déplacement. Comme pour le projet Trinity, l’établissement d’aménagement de La Défense organise pendant tout le mois de novembre 2012 des ateliers avec les riverains. Chacun pourrait ainsi exposer sa vision du devenir du quartier en faisant évoluer le projet d’aménagement. A l’issue, le 17 décembre à 18h, une réunion de présentation des grands principes et de présentation de la synthèse des ateliers du travail est prévue. Pour la suite, du 17 décembre 2012 au 28 février 2013, une exposition publique sera organisée en la mairie de Puteaux et au siège de l’EPADESA. Le changement n’est cependant pas pour tout de suite, il faudra être encore patient. Les premières études de maitrise d’œuvre des espaces publics, la fermeture de l’anneau de la Rose de Cherbourg ne se fera que vers la fin 2013. Le dépôt du permis de construire du projet « Rose » est lui prévu pour l’année 2014. L’EPADESA table sur un démarrage des chantiers à partir de 2016 pour des premières livraisons à partir de 2020.