Nanterre cherche un avenir pour ses tours Aillaud

Les offices HLM de Nanterre et des Hauts-de-Seine propriétaire des tours Aillaud ont annoncé ce jeudi 1er décembre le lancement d’une AMI pour reconvertir l’usage d’une partie de ces bâtiments des années 70.

Les tours Aillaud en août 2016 - Defense-92.fr

A elles seules elles symbolisent l’image de la ville de Nanterre. Alors que les dix-huit tours Aillaud du célèbre architecte Emile Aillaud s’apprêtent à fêter l’année prochaine leurs quarante ans, leurs propriétaires, l’office HLM Hauts-de-Seine Habitat (12 tours) et celui de Nanterre (six tours) s’apprêtent à lancer une profonde mutation.

Les deux offices viennent d’annoncer ce mercredi 1er décembre en marge du SIMI, le lancement d’un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) pour transformer l’usage d’une partie des tours, également appelées Nuages situées à aux portes de La Défense.

Sur les 1 606 logements sociaux quelques 500 pourraient être concernés par ce vaste programme qui vise à redonner de la vie et apporter de la mixité à un parc immobilier devenant vétuste et à la réputation souvent entachée par la délinquance. Si pour l’heure le projet n’en est qu’à ses balbutiements l’objectif serait d’installer dans ces tours des activités annexes comme des ateliers d’artistes, des bureaux, des espaces de co-working ou encore des pépinières d’entreprise. Les locataires des logements concernés par ce projet de transformation seraient alors relogés à Nanterre et notamment dans les nouveaux programmes projetés dans le quartier des Groues.

Une rénovation thermique des tours

Parallèlement à cette AMI les deux organismes ont lancé un appel à projet thermique pour mettre aux normes ces gratte-ciels très mal isolés et très énergivores dont le coût d’entretien est régulièrement pointé du doigt. Les fenêtres en forme de gouttes d’eau et la façade de mosaïques formant des nuages, -d’où leur nom- seront entièrement rénovés, tout en gardant l’aspect architectural des tours. Car cet ensemble immobilier est classé depuis 2010 au titre des monuments historiques – ensembles de logements en Ile-de-France- par le Label Patrimoine du xxe siècle, ainsi que leurs jardins : jardin aux pieds des tours qui doit également être repensé et réinventé. Pour cela une mission a été confiée à l’architecte et urbanisme Roland Castro.

“Il faut redonner un peu l’envie aux gens d’habiter là”, explique Damien Vanoverschelde, le directeur de l’office Hauts-de-Seine Habitat qui n’exclut pas la vente de certains bâtiments, “même si ce n’est pas la priorité”.

Aucun calendrier précis de l’opération n’a été dévoilé ; les deux offices précisent qu’une procédure restreinte visant à la remise d’une offre d’acquisition par chacune des équipes sélectionnées lors de la première phase se déroulera au second semestre 2017. Les premières transformations pourraient alors débuter avant 2020, mais à condition que les habitants concernés soient relogés et les financements trouvés.