La maire de Puteaux change de nouveau son PLU

Le dossier d’enquête publique de la modification du PLU de Puteaux

Remplacée par Patrick Jarry, la maire de Puteaux, ex-présidente de l’EPADESA entend bien donner encore de la voix. Joëlle Ceccaldi, a lancé début de ces dernières semaines un projet de modification du PLU de trois secteurs de la ville de Puteaux concernant des projets de l’EPADESA.

Sont concernés :

– la parcelle UAD 83, qui accueillait jusqu’en 2004 la station essence Shell. Sur ce petit terrain bordant le boulevard circulaire, laissé en friche depuis 10 ans, l’aménageur de La Défense prévoit la construction d’un immeuble de logements de huit étages. Une consultation pour désigner un architecte et un promoteur a été lancée en mai dernier par l’EPADESA. Mais pour la maire il faut « préserver le caractère résidentiel et majoritairement pavillonnaire du quartier ». Le nouveau PLU prévoit de réduire de moitié la hauteur de l’immeuble avec une limite fixée à quatre niveaux.

 

Le terrain de l’ancienne station  Shell. ©Defense-92.fr

Le terrain de l’ancienne station Shell.
©Defense-92.fr

 

– le projet du « Jardin de l’Arche »: s’inscrivant dans la construction de l’Arena 92 et de l’aménagement de tout le quartier du Jardin de l’Arche le promoteur Nexity projette la construction d’un bâtiment associant une école de commerce, une résidence de 200 logements étudiants, 80 logements en accession libre à la propriété et une salle de sport. Ce projet est situé en lisière des villes de Nanterre et de Puteaux et la maire de cette dernière ville voit là une « incompatibilité avec les disponibilités en équipements du quartier ». Mais la mairie de Puteaux a délivré le permis de construire du bâtiment le 30 octobre dernier. Au service de l’urbanisme on explique que cette modification de PLU concernerait un futur projet différent situé à proximité, sur la même parcelle.

 

Le projet de l'immeuble Jardin de l'Arche

Le projet de l’immeuble Jardin de l’Arche

 

La maire aurait ainsi aimé voir réduite la hauteur maximale de l’ouvrage d’environ 155 mètres par rapport au sol à 30 mètres et surtout édictée l’interdiction de la création de logements en accession à la propriété. Le projet imaginé par l’architecte Louis Paillard ne se voit pas remis en cause si le promoteur n’apporte pas de modification notable à son projet; il ne sera pas concerné par cette modification du PLU arrivée postérieurement au permis. Dans le dossier soumis à l’enquête publique, la maire argumente sa position par un manque de services et d’équipements.

Un argumentaire que rejette l’opposition municipale. Pour Christophe Grébert candidat MoDem à la municipale le site est à moins de 400 mètres de l’école maternelle Felix Pyat et à 700 m de l’école primaire Eugène Petitot. Côté commerces, le centre commercial des Quatre Temps se situe à moins de 400 mètres.

« Nous entendons l’argument du maire sur l’éloignement du centre-ville de Puteaux. Cependant, nous pensons que dans un contexte urbain si dense et à quelques années de la constitution d’un Grand Paris institutionnel, il ne faut plus réfléchir commune par commune mais de manière plus ouverte. Si la densité des services publics est relativement basse à cet endroit, on ne peut pas dire que ce quartier en soit totalement dépourvu, notamment si on prend en compte les services situés à Nanterre sur le quartier des Terrasses et ceux qui seront construits dans cette opération globale d’aménagement urbain autour de la future Arena 92. De plus, les personnes qui achèteront des logements ici le feront en connaissance de cause et le relatif éloignement de certains services fera que ces logements seront peut-être commercialisés moins chers et seront donc plus accessibles » explique Christophe Grébert sur son blog.

– Enfin troisième et dernier projet concerné, la Rose de Cherbourg, le nouveau projet phare de l’EPADESA: L’aménageur souhaite réaménager le secteur en reconvertissant l’échangeur de la Rose de Cherbourg en jardins suspendus et en construisant bureaux et logements. La réalisation de la tour « Rose » d’une hauteur de 200 mètres a été dernièrement confiée à Jean Nouvel. S’y ajouteraient une résidence étudiantes d’une hauteur de 50 mètres ainsi que des commerces.

 

La tour Rose - ©Atelier Jean Nouvel

La tour Rose – ©Atelier Jean Nouvel

 

L’ancienne présidente de l’EPADESA souhaite sur le périmètre de la résidence réduire la hauteur autorisée de 290 mètres à 3 mètres… justifiant son choix par « la vocation routière du site ». Sauf que pour l’opposant municipal Christophe Grébert « tout l’objectif du projet est de lui donner un caractère plus urbain ». Il ajoute: « Nous trouvons que la mixité envisagée par l’EPADESA allait dans le bon sens et nous nous étonnons donc de la réaction de la majorité actuelle. En interdisant l’ensemble des constructions nouvelles, sauf la tour de 200 mètres, la majorité actuelle remet en cause l’équilibre de l’opération et vide le projet de sa substance : sur la place qui se voulait animée on ne trouvera plus que la tour de bureaux » regrette Christophe Grébert et son équipe de campagne.

Si l’opposition critique en partie ce changement, les habitants riverains du projet de la Rose de Cherbourg se disent ravis. Sur le registre de l’enquête publique de nombreux commentaires élogieux remercient la maire de cette modification. Un habitant de la tour Défense 2000 indiquait craindre qu’un projet vienne gêner leur vue. Pour lui un tel voisin ferait partir des centaines d’habitants de la tour. « Heureusement que notre maire a compris la situation et a tenu ses promesses lors des réunions ».

Reste à savoir si la partie résidence se fera et où.

 

Un PLU déjà modifié en septembre dernier

 

Sur ce secteur le PLU avait déjà été modifié en septembre dernier pour rabaisser la hauteur constructible d’environ 260 mètres à 200 mètres, afin de limiter la hauteur du projet de la tour attribuée à Jean Nouvel.

Le MoDem de Puteaux explique ne pas comprendre cette réaction jugée « tardive » de la maire UMP. « Des équipes ont été mobilisées (à la fois dans la maîtrise d’ouvrage et dans la maîtrise d’œuvre) et de l’argent investi ». Le projet est d’ailleurs bien vu par les riverains. L’EPADESA a organisé de nombreuses réunions de concertation auxquelles de nombreux habitants de la tour résidentielle Défense 2000 ont participé.

L’équipe MoDem exprime son interrogation sur ce rétro pédalage de la maire concernant l’ensemble de ces trois projets élaborés par l’EPADESA sous sa présidence. A quelques semaines des municipales l’équipe affirme qu’en cas d’élection, elle aura une attitude « plus constructive et plus ambitieuse sur les projets de la Défense ».