Bientôt une passerelle pour relier l’ile de Puteaux au quai Dion Bouton

Le conseil municipal de Puteaux vient d’approuver lors de la séance du 9 mars le projet de construction d’une passerelle piétonne qui reliera l’ile de Puteaux au quai Dion Bouton.

La passerelle doit enjamber la Seine en reliant l'ile de Puteaux au quai Dion Bouton à Puteaux - Defense-92.fr

Aujourd’hui pour se rendre sur l’Ile de Puteaux, deux solutions : Le Pont de Puteaux ou celui de Neuilly. Bientôt il y en aura une troisième. Le conseil municipal de Puteaux a approuvé ce mercredi 9 mars le projet de construction d’une passerelle piétonne pour relier l’ile à la ville. Long de 145 mètres l’ouvrage enjambera la Seine et le quai Dion Boutton (RD7) en faisant le lien entre le complexe aquatique et le secteur de la tour Bolloré. Des ascenseurs viendront s’y ajouter pour offrir une accessibilité aux PMR. Chiffré à 11 millions d’euros, le projet devrait être pris en charge à hauteur de 70 % par le conseil départemental des Hauts-de-Seine.

Une proposition lancée en début de mandat par la maire Joëlle Ceccaldi-Raynaud (Les Républicains). Mais pour son opposant Christophe Grébert (MoDem) l’idée originale vient de lui et a été reprise par l’équipe municipale : “La majorité municipale s’était tout d’abord moquée de cette idée inutile”, écrit l’élu sur son blog qui dit se rappeler “je me souviens des rires gras des élus ceccaldistes lorsque j’évoquais ce projet en conseil municipal”. Interrogé par Le Parisien le cabinet du maire se défend : “L’idée date en fait des années 70 quand Charles Ceccaldi-Raynaud était maire”.

“La ville a pris deux ans de retard en ne lançant que maintenant le concours de maîtrise d’œuvre” raille Christophe Grébert. Mais pour la mairie si le projet a pris tant de retard c’est à cause de plusieurs contraintes administratives notamment avec ERDF, les voies navigables de France pour le frayage des poissons et l’architecte des bâtiments de France concernant l’église classée Notre-Dame de Pitié située sur le terrain.

Le chantier qui doit durer deux ans pourrait commencer en 2018.