Le Marks and Spencer Food de La Défense restera ouvert

L’enseigne Marks and Spencer a annoncé la fermeture de la totalité de ses boutiques gérées en propre en France. Cependant le Marks and Spencer Food de la gare de La Défense géré en franchise sera épargné.

Le Marks and Spencer Food de La Défense lors de son ouverture en juin 2014 - Defense-92.fr

Bis repetitas. Cinq ans après son retour en France, l’enseigne de distribution Marks and Spencer va de nouveau plier bagages. Cependant contrairement à son départ de 2001 où la chaîne britannique avait fermé la totalité de ses points de vente français dont celui des 4 Temps, toutes les boutiques ne seront pas concernées cette fois-ci.

Le groupe anglais a en effet annoncé ce mardi dans un communiqué qu’il souhaitait fermer une centaine de magasins déficitaires dans dix pays du globe, ainsi que des points de vente au Royaume-Uni. En France, cette restructuration touchera la totalité des magasins d’alimentaire et de textile directement gérés par Marks and Spencer, soit sept unités. Ces fermetures concerneront ainsi dans le pays les boutiques des Champs-Elysées, du centre commercial Beaugrenelle à Paris, du centre commercial So West à Levallois-Perret, du centre commercial Aéroville à Tremblay-en-France et du centre commercial Quartz à Villeneuve-la-Garenne, ainsi que deux magasins uniquement d’alimentation rue de la Chaussée-d’Antin et vers la gare Saint-Lazare. Des fermetures qui vont entraîner la suppression d’environ 500 postes.

“Depuis le retour de Marks and Spencer sur le marché français en 2011, les magasins en propre sont déficitaires : pour 2015/16 les pertes s’élèvent ainsi à 19 millions de livres (26 millions d’euros)”, a expliqué l’enseigne.

Le Marks and Spencer Food de La Défense n’est pas concerné par cette restructuration

En revanche les magasins franchisés, uniquement alimentaires dit “Marks and Spencer Food”, ne sont pas concernés par ces fermetures comme celui de La Défense ouvert en juin 2014 par le groupe Relay. Cette boutique très prisée par les salariés du quartier et passagers en transit dans la gare avait pris l’emplacement de l’ancien Virgin Megastore sur une surface d’environ 700 mètres carrés. Elle propose uniquement des produits alimentaires allant de l’épicerie aux produits frais avec une offre de surgelés mais aussi une boulangerie soit plus de 3 000 références.

Le groupe a justifié ce choix de fermeture cinq ans tout juste après son retour, pour des raisons de pertes qui ont avoisiné à l’échelle mondiale 58 millions de livres (65.218 millions d’euros) lors du semestre précédent qui s’est achevé le 1er octobre.